Consulat de Grèce à Lille

 

 

logo grec

            

PARUTIONS LIVRES

MAI- JUIN 2020

 

Parution du livre de C. Petinos « Erdogan, le sultan néo- ottoman »

La Turquie occupe une position stratégique dans le Moyen-Orient. Proche des Balkans et face à la Russie, elle verrouille l’accès de la Méditerranée via les détroits du Bosphore et des Dardanelles. Depuis la prise du pouvoir par le parti islamo-conservateur de Recep Tayyip Erdogan, les idéologies néo-ottomane et islamiste s’imposent de plus en plus et depuis le coup d’État manqué du 15 juillet 2016, l’autoritarisme et la mégalomanie du président turc ont encore été accentués. Erdogan, personnalité centrale de la Turquie actuelle, tente par tous les moyens d’« effacer » Atatürk en conduisant la Turquie vers l’islamisation et le néo-ottomanisme : un national-islamisme de plus en plus présent.

Et le président turc se rêve en calife et en sultan…

Editions : EDILIVRE      138 pages        Paru le 18/05/2020
ISBN : 9782414447138  

Prix : 17,50 €  

 


Parution du livre “Churchill m’a tué” de Jean Audouin

Ce livre de Jean Audouin, ancien journaliste, est une enquête à travers l’indicible Grèce contemporaine. Il mêle étroitement fiction et réalité dans ce roman. Il explore ici les sombres facettes de l’histoire récente de la Grèce, méconnue des millions de touristes qui envahissent ses sites et ses plages, ignorants des profondes cicatrices qu’elle a laissées chez les Grecs eux-mêmes.

Parution le 16/01/2020 aux Editions L’Harmattan  www.editions-harmattan.fr

244 pages Prix : 21,50 €

 

 

 

 

Parution du livre « Exils » de Iota Ioannidou

1830 : Occupée depuis 450 ans par les Turcs ottomans, la Grèce obtient enfin son indépendance au bout de dix ans de luttes sanglantes. 1914 : l’Empire ottoman, proche de sa fin, massacre à grande échelle les Arméniens et les Pontiques — des Grecs qui vivaient depuis l’Antiquité, sur la rive sud du Pont-Euxin, l’actuelle Mer Noire. 1938 : de nombreux Pontiques survivants, qui s’étaient autrefois réfugiés dans l’Empire des Tsars, à Soukhoumi en Géorgie, sont sommés, cette fois par les Soviétiques, de s’enrôler dans l’Armée Rouge. Ceux qui refusent ont deux jours pour fuir vers leur « mère-patrie », la Grèce, qu’ils ne connaissent pas. Léontis et Panaïla, un couple de paysans pontiques, et leurs deux jeunes fils, abordent ce pays inconnu, une Grèce très pauvre, qui a déjà dû accueillir un million et demi de réfugiés grecs d’Asie Mineure en 1923. Ils vont affronter la misère et le rejet des autochtones qui ne comprennent pas leur langue, grecque pourtant, mais très éloignée de la langue nationale. Ils s’installent au pied du Mont Olympe pour cultiver du tabac, et grâce à leur travail acharné, acquièrent quelques champs et sortent enfin de la misère. Trois de leurs fils émigrent à l’étranger, comme des centaines de milliers de Grecs, pour connaître une vie meilleure. Destin d’une famille de paysans sous le signe de l’exil, et surtout, portrait d’une femme rebelle, à qui la misère, le dur travail de la terre, les accablantes tâches ménagères et les trop nombreuses grossesses ont « asséché l’âme », mais qui trouve parfois un espace de liberté, seule dans la nature. Un style sobre pour évoquer ces vies où les actes priment sur les sentiments, dont l’expression est souvent vécue comme une faiblesse. Des dialogues minimalistes dans ce monde de « taiseux », qui se parlent bien plus à eux-mêmes qu’aux autres.

Iota Ioannidou est originaire de Thessalonique. Après des études d’archéologie et d’art dramatique, elle travaille à Athènes comme actrice de théâtre et de cinéma, et comme présentatrice à la radio et à la télévision.

Traduit du grec par Simone Taillefer