Consulat de Grèce à Lille

 

 

logo grec

Informations nationales

 

Du 12 au 27 janvier 2023

 

Bulletin du 27 janvier

Intempéries - Le mécanisme de la Protection civile est en alerte accrue

La réunion au ministère de la Crise climatique et de la Protection civile, dirigée par le ministre Christos Stylianidis, pour l'évaluation des données météorologiques liées à l'évolution des intempéries, s'est achevée jeudi après-midi. L'ensemble du mécanisme de protection civile reste en alerte renforcée, a souligné le ministre, de sorte que tout problème résultant de phénomènes météorologiques dangereux puisse être traité immédiatement. En parallèle, les citoyens sont priés de limiter les déplacements au strict nécessaire lors des phénomènes. De plus, l'activation du numéro 112 pour l'envoi des messages d'alerte aux résidents se poursuit en fonction de l'évolution des phénomènes dans des zones spécifiques. Selon le ministère compétent, le secrétariat général de la protection civile et le Centre national de coordination des opérations et de la gestion des crises (ESKEDIK) ont déjà informé le ministère des Infrastructures et des transports et toutes les agences étatiques compétentes, les régions et municipalités du pays, ainsi que tous les concessionnaires des autoroutes du pays à rester en pleine vigilance. Ils sont également en contact permanent avec le centre d'opérations de la police hellénique afin de tenir les citoyens informés de tout problème sur le réseau routier. Par ailleurs, le SG de la Protection civile réitère la forte recommandation aux citoyens (en complément des consignes du 112) d'être très prudents, de limiter leurs déplacements au strict nécessaire dans les zones où se développent des phénomènes météorologiques dangereux et de prendre toutes les mesures nécessaires d'autoprotection selon les instructions du SG de la Protection civile.

 

EODY : 168 décès dus au coronavirus et deux à la grippe la semaine dernière.

On a constaté une diminution de la positivité dans tous les échantillons testés pour le COVID-19, y compris les hospitalisations et les intubations. Selon le rapport épidémiologique hebdomadaire (16-22 janvier) de l'EODY sur les infections virales des voies respiratoires (SARSCoV-2, virus de la grippe et virus respiratoire syncytial - VRS), le nombre de cas de grippe dans la communauté n'a pas changé de manière significative. Il y a eu 2 nouveaux cas graves de grippe confirmés en laboratoire chez des patients hospitalisés dans des unités de soins intensifs et 2 nouveaux décès la semaine dernière. Depuis le début de la surveillance de la grippe, 55 personnes ont été hospitalisées dans des unités de soins intensifs pour cause de grippe et 17 décès ont été enregistrés. Virus SARS-CoV2 - infection à COVID-19 : la positivité de tous les échantillons testés a diminué par rapport à la semaine précédente, on a constaté une diminution du nombre d'admissions pour COVID-19 et du nombre de nouvelles intubations. Le nombre de patients hospitalisés intubés pour une infection au COVID-19 est de 153. 168 décès ont été enregistrés avec un âge médian de 85 ans.

 

A. Georgiadis invite les consommateurs à privilégier les produits du panier du ménage pour pousser le marché à réduire les prix

"Le panier du ménage fonctionne et est conçu pour que nous gagnions tous de l'argent", a souligné le ministre du Développement et des Investissements, Adonis Georgiadis, lors de sa visite jeudi dans deux magasins des chaînes de supermarchés "Market In" et "Masoutis", qui, la dernière semaine, ont enregistré la plus forte baisse des prix des produits inclus dans le "panier du ménage". "[...] Utilisez vos achats intelligemment pour pousser le reste des industries à réduire plus rapidement. Des baisses de prix viendront dans les semaines à venir, certaines arrivent déjà, mais si nous nous tournons tous plus vite au panier, elles viendront de plus en plus vite", a noté, entre autres, le ministre, citant les prix de certains produits à la 13e semaine d'application de la mesure en question. M. Georgiadis a rappelé que les consommateurs peuvent être informés de tous les prix depuis leur téléphone portable grâce à la plateforme "e-Consommateur" (e-Katanalotis), et choisir ainsi le supermarché et les produits qui leur conviennent.

 

Le revenu disponible des ménages a augmenté de 10,2% au troisième trimestre de l'année dernière.

Le revenu disponible des ménages et des institutions sans but lucratif au service des ménages a augmenté de 3,48 milliards d'euros ou 10,2% au troisième trimestre de l'année dernière et s'est élevé à 37,69 milliards d'euros, contre 34,21 milliards d'euros au trimestre correspondant de l'année précédente. Dans le même temps, les dépenses de consommation finales a augmenté de 12,7 % par rapport au trimestre correspondant de l'année précédente, passant de 32,6 milliards d'euros à 36,7 milliards d'euros. En conséquence, le taux d'épargne, défini comme le rapport entre l'épargne brute et le revenu disponible brut, était de 2,6 % au troisième trimestre 2022, contre 4,8 % au troisième trimestre 2021. Aussi, selon les comptes trimestriels non financiers des secteurs institutionnels publiés par ELSTAT : L'investissement privé (investissement brut en capital fixe) des sociétés non financières s'est élevé à 3,8 milliards d'euros. *Le solde extérieur des biens et services a enregistré un excédent de 1,37 milliard d'euros, contre un excédent de 1,03 milliard d'euros au troisième trimestre 2021. Les importations de biens et services se sont élevées à 31,27 milliards d'euros (+7,84%) et les exportations de biens et services à 32,64 milliards d'euros (+8,18%).

 

Le versement de l'augmentation de 7,75 % à 1,7 million de retraités commence - M. Hadjidakis : Le gouvernement renforce les pensionnés dans les faits

Le versement des pensions s'effectuera à partir de demain, 26 janvier 2023, et jusqu'au lundi 30 janvier, avec plus de 1,7 million de retraités qui bénéficieront d'une augmentation de 7,75 %. Dans le même temps, il est rappelé que 912 000 retraités verront leur pension augmenter pour le deuxième mois en raison de la suppression de la contribution spéciale de solidarité, une augmentation qui est permanente et qui sera appliquée aux versements chaque mois. En fait, 1,3 million de retraités bénéficient d'une double augmentation, environ 185 000 d'une triple augmentation et un retraité sur deux bénéficiera d'une pension mensuelle supplémentaire en 2023. Le ministre du travail et des affaires sociales, Kostis Hatzidakis, a déclaré : "Le "dégel" des pensions, après 12 ans, est un moment important pour les retraités et leurs familles. C'est une augmentation de 7,75 % que plus de 1,7 million de retraités verront ces jours-ci sur leur compte, qui, combinée à la suppression de la contribution spéciale de solidarité, au versement de l'aide d'urgence de 250 euros le mois dernier et au paiement de la 4ème augmentation annuelle prévue par la loi, sera perçue par 95% des retraités. Grâce à ces augmentations, un retraité sur deux bénéficiera d'une pension mensuelle supplémentaire en 2023. C'est notre soutien concret à ceux qui sont en difficultés et ont été patients pendant toutes ces années. Ces augmentations ne sont toutefois pas la seule évolution positive pour les retraités sous le gouvernement Mitsotakis. Elles ont été précédé par la loi Vroutsis, qui a corrigé à un degré important les injustices de la loi Katrougalos et, bien sûr, elle ont été précédé par la résolution finale de la question majeure des pensions principales en suspens avec 500 000 attributions en seulement 24 mois. Nous ne nous contentons pas de mots. Nous choisissons l'action et la politique sociale avec l'obtention de résultats".

 

Bulletin du 26 janvier

Mitsotakis : Voici la feuille de route de la Crète en Grèce en 2030

La Crète a le potentiel pour devenir un pôle d'attraction pour les étudiants non seulement de Grèce mais du monde entier. Si Chypre a réussi, pourquoi la Crète ne peut-elle pas réussir dans nos universités publiques. Nous avons un problème de logement étudiant. 255 millions d'euros pour la construction de deux nouvelles résidences universitaires à Chania et à Heraklion. En outre, 8 nouvelles  écoles et près de 100 millions seront alloués au Centre de recherche marine et à la Fondation pour la recherche et la technologie - Hellas. Deux usines de traitement des déchets, de nombreuses activités culturelles, le nouveau musée de Chania est un bijou, le réaménagement de Phaistos. Je n'ai donné que quelques pépites du plan global. Il s'agit d'une carte routière de la Crète en 2030 en Grèce en 2030.

 

Georgiadis: Il y a une désescalade de l'inflation et dans deux à trois semaines, cela se reflétera dans le panier du ménage

"Nous ne voulons pas que les consommateurs paniquent et fassent des achats qu'ils ne feraient pas autrement parce qu'ils ont l'impression qu'il y a des prix abusifs ou que d'importantes augmentations de prix sont en cours", a déclaré mercredi le ministre du Développement et des Investissements, Adonis Georgiadis, lors d'une conférence de presse. Il a souligné que "le sentiment qu'il y a des profits excessifs n'est pas réel. Tous les indicateurs montrent que les prix en Grèce sont inférieurs à la moyenne européenne, il n'est donc pas logique que nous ayons des profits généralisés, car nous aurions alors une inflation importée supérieure à la moyenne. Par conséquent, les mesures fonctionnent". Par ailleurs, le ministre a annoncé qu'une modification de la législation sur les étiquettes des supermarchés est en préparation afin que les informations que les consommateurs doivent connaître soient présentées plus clairement. Il a noté que le panier du ménage permet de maintenir les prix à des niveaux plus bas, ajoutant que la désescalade attendue de l'inflation se reflètera également dans le panier d'ici deux à trois semaines.

 

Skrekas: En Crète, 100% de la consommation d'électricité pourrait être produite par les SER en 2030

"La Crète peut utiliser 100% d'énergie propre et apporter une contribution décisive à l'objectif national que nous nous sommes fixé, [à savoir que] 80% de la consommation provienne des SER d'ici 2030", a déclaré le ministre de l'Environnement et de l'Energie, Kostas Skrekas, lors d'une large réunion avec des représentants d'entités productives tenue à Héraklion, dans le cadre de la visite du premier ministre, Kyriakos Mitsotakis, en Crète. "Nous avons alloué 8 milliards d'euros pour faire face à la crise énergétique, dont seulement 30% provenaient du budget de l'Etat. Nous absorbons l'écrasante majorité des hausses des prix de l'énergie pendant de nombreux mois. Nous avons privilégié les très petites entreprises. Nous avons supprimé la clause d'ajustement, augmenté la concurrence et permis aux ménages et aux entreprises de choisir leur fournisseur. Nous continuerons à subventionner tant que la crise perdurera...", a souligné M. Skrekas. Se référant à la politique du gouvernement en matière d'énergie propre dans la région, M. Skrekas a noté : "Nous rendons possible avec une loi que nous présenterons dans les prochaines semaines, la création de communautés professionnelles de l'énergie capables d'installer des SER, de se connecter directement à la haute tension et d'installer des systèmes avec des batteries permettant ainsi de réduire les coûts énergétiques. Nous modernisons les réseaux en Crète, près de 100 millions pour la haute tension, 50 millions pour la moyenne et la basse tension, tandis que nous mettons en place les infrastructures nécessaires pour les déchets et les eaux usées". Le ministre de l'Environnement et de l'Energie a clôturé son intervention en évoquant les hydrocarbures et la recherche qui est en cours, notant qu'il s'agit d'"une nouvelle source potentielle de richesse" et a ajouté que "si cet effort est mené à son terme, nous pourrions extraire et couvrir un pourcentage significatif de la consommation européenne".

 

Bulletin du 20janvier

Parlement - N. Kerameos : Après 41 ans, pour la première fois, l'évaluation des enseignants se fera de manière horizontale.

"Après 41 ans, l'évaluation de nos enseignants commence de manière horizontale", a déclaré la ministre de l'Éducation, Niki Kerameos, en soutenant l'amendement qu'elle a soumis au projet de loi du ministère de l'Infrastructure et des Transports. Elle a appelé les partis "à prendre position s'ils veulent finalement que notre pays soit en phase avec ce qui se passe au niveau international", notant que "l'évaluation a un caractère purement d'amélioration" pour que "nos enseignants soient meilleurs" et que "nos enfants acquièrent encore plus de compétences." M. Kerameos a souligné que l'évaluation permet d'améliorer les enseignants, le processus éducatif et le travail fourni, dans l'intérêt des enfants. Elle a rappelé que l'évaluation, telle qu'établie par le gouvernement, comporte trois niveaux. Au premier niveau se trouve l'évaluation de l'école, au deuxième niveau l'évaluation du système éducatif et au troisième niveau l'évaluation individuelle des enseignants. Les deux premières évaluations ont été faites, puisque l'évaluation des écoles a commencé l'année scolaire dernière et se poursuit cette année, ainsi que l'évaluation du système éducatif. Maintenant, conformément aux engagements du gouvernement et à notre planification, nous procédons immédiatement à l'évaluation individuelle des enseignants, comme nous nous y étions engagés, a déclaré le ministre. Kerameos a fait remarquer que ceux qui sont appelés à évaluer les enseignants sont des consultants en éducation par secteur qui ont également été jugés et évalués.

 

Bulletin du 19 janvier

Mitsotakis: Le pari du second mandat de quatre ans sera de meilleurs salaires

Le premier ministre, Kyriakos Mitsotakis, a effectué une visite mercredi dans la municipalité de Korydallos, dans la région de l'Attique. M. Mitsotakis a promis que plus l'économie se développe, plus le gouvernement utilisera le "dividende de croissance" pour soutenir les citoyens vulnérables. Il a également évoqué les initiatives économiques que le gouvernement a prises et notamment l'augmentation des retraites (après 12 années consécutives), la suppression du prélèvement de solidarité, les mesures du "market pass" et du "panier du ménage". De plus, il a noté que les prisons de Korydallos partiront de la municipalité de Korydallos afin que la zone soit développée dans l'intérêt de la communauté locale. M. Mitsotakis a visité le centre municipal d'éducation numérique, puis il a visité les rues principales de Korydallos et s'est entretenu avec les habitants et les commerçants. "La préoccupation de ce gouvernement est toujours le citoyen dans le besoin. Tant que l'économie sera en croissance, le gouvernement n'hésitera pas à utiliser ce dividende de croissance pour soutenir nos concitoyens dans le besoin. Nous sommes confrontés à une crise importée et nous faisons tout ce qui est en notre pouvoir pour limiter l'impact sur les ménages", a-t-il déclaré. "A partir du 1er avril, nous aurons la nouvelle forte augmentation du salaire minimum" a souligné M. Mitsotakis, ajoutant que si le pari du premier mandant de quatre ans était une baisse des impôts, le pari du second mandat de quatre ans sera de meilleurs salaires, notamment pour les jeunes.

 

Bulletin du 17 janvier

Les funérailles de l'ancien roi Constantin ont eu lieu à Athènes

Le service funèbre de l'ancien et dernier monarque de Grèce, Constantin II, a commencé lundi à la cathédrale métropolitaine d'Athènes, dirigé par l'archevêque d'Athènes et de toute la Grèce Ieronymos et avec la participation de hauts clercs du Saint-Synode de l'Eglise orthodoxe de Grèce. Plus tôt, les membres des familles royales assistant aux funérailles, ont commencé à arriver pour le service, parmi lesquels la soeur de Constantin, Sofia, reine mère d'Espagne, avec son mari le roi émérite Juan Carlos, ainsi que l'autre soeur de Constantin, Irene. Les membres des familles royales ont été accueillis par le fils de l'ancien roi, Pavlos. La dernière arrivée, selon le protocole, était sa veuve Anne-Marie. Le gouvernement était représenté par le vice-premier ministre Panagiotis Pikrammenos et la ministre de la Culture et des Sports Lina Mendoni. Parmi les personnes présentes aux funérailles de l'ancien roi, qui avait été médaillé d'or olympique, se trouvait le président du Comité olympique hellénique Spyros Capralos.

 

Les citoyens se rassemblent à Tatoi pour l'inhumation de l'ancien roi Constantin

Un grand nombre de personnes se rassemblaient lundi dans l'ancien domaine royal de Tatoi, à la périphérie d'Athènes, où le corps de l'ancien et dernier roi de Grèce Constantin II doit être enterré dans le cimetière familial, aux côtés de ses ancêtres. La propriété du domaine, qui appartenait autrefois à la famille royale, est maintenant passée entre les mains de l'Etat grec, suite à l'abolition de la monarchie en Grèce. De fortes mesures de sécurité sont en vigueur depuis Varybombi sur l'autoroute Athènes-Thessalonique jusqu'à l'entrée du domaine de Tatoi.

 

Bulletin du 13 janvier

EHDC-covid-19 : Six résultats positifs pour la variante sub-para "Kraken" et 149 décès - 2 dus à la grippe

La sous-variante XBB.1.5 "Kraken" a également été détectée en Grèce. Selon le rapport épidémiologique hebdomadaire (2-8 janvier) de l'EODY sur les infections virales des voies respiratoires (SARSCoV-2, virus de la grippe et virus respiratoire syncytial - VRS), le virus XBB.1.5 a été détecté dans un total de 6 échantillons (dont 3 ont été obtenus par des tests rétrospectifs d'échantillons de la sous-variante XBB des semaines précédentes). En ce qui concerne les passeurs d'infection COVID-19, le nombre d'admissions à l'hôpital a connu une légère augmentation par rapport à la semaine précédente. Le nombre total de nouvelles admissions de patients dans les hôpitaux du pays pour COVID-19 était de 1 632 (+7% de variation hebdomadaire). La moyenne des admissions quotidiennes pour la semaine était de 233. Le nombre de nouvelles intubations n'a pas connu de changement significatif. Le nombre de patients atteints d'une infection à COVID-19 hospitalisés comme intubés était de 128, et 149 décès ont été enregistrés (+2% de variation hebdomadaire), avec un âge médian de 85 ans. La sous-variante BA.5 reste la sous-variante Omicron la plus courante. Le pourcentage de la sous-variante BQ.1.1 est en augmentation par rapport aux autres sous-variantes BA.5. Parmi les souches BA.2, la sous-variante la plus fréquemment identifiée est BA.2.75, suivie de la sous-variante XBB. La sous-variante XBB.1.5 a été détectée dans un total de 6 échantillons. La positivité pour la grippe dans la communauté a montré une diminution au cours de la semaine du 2 au 8 janvier. Il y a eu 7 nouveaux cas graves de grippe de type A confirmés en laboratoire chez des patients hospitalisés dans des unités de soins intensifs et 2 nouveaux décès. Au total, 36 personnes ont été hospitalisées pour grippe dans des unités de soins intensifs et 9 décès de patients atteints de grippe confirmée en laboratoire ont été enregistrés entre le début de la surveillance et le 8 janvier. Au total, 221 spécimens positifs au virus de la grippe ont été détectés, dont 218 (99 %) étaient des souches de type A et 3 (1 %) des souches de type B. Sur les 215 souches de type A, 209 (97%) ont été classées comme sous-type A(H3N2) et 6 (3%) comme sous-type A(H1N1). Une légère diminution a également été enregistrée dans les cas de grippe communautaire. Cette baisse concerne tous les groupes d'âge, à l'exception du groupe des 15-64 ans, selon l'EHRC. La positivité du virus respiratoire syncytial - VRS n'a pas montré de changement significatif par rapport à la semaine précédente.

 

Bulletin du 12 janvier

Ikonomou: Les élections auront lieu à la fin du mandat de quatre ans, nous épuiserons ce temps

Le porte-parole du gouvernement, Yiannis Ikonomou, dans une interview accordée à ANT1 TV mercredi, a affirmé que "lorsque le premier ministre décidera de déclarer des élections générales, il le déclarera clairement et précisément, comme il le fait toujours en ce qui concerne les questions institutionnelles. Une semaine en avant ou quinze jours en arrière ne changent rien à ce que nous avons dit depuis le début, à savoir que les élections se tiendront à la fin du mandat de quatre ans et nous épuiserons ce temps. Rien à partir du printemps ne peut, je crois, être considéré comme des élections anticipées, surtout si quelqu'un tient compte du fait que nous aurons des élections à deux tours afin de parvenir à un gouvernement stable, concret et efficace". M. Ikonomou a déclaré que le gouvernement poursuivait son travail, que le conseil des ministres fonctionnait normalement et que le Parlement adoptait des lois. "Déjà cette semaine, un projet de loi très important du ministère de l'Intérieur sur la gouvernance multilatérale a été déposé en commission parlementaire. Chaque jour qui passe, nous utilisons le temps politique", a-t-il déclaré. Il a également fait remarquer qu'à l'approche des élections, les gens doivent garder à l'esprit que la Grèce a besoin d'un gouvernement fort qui peut prendre des décisions qui concernent l'avenir du pays et de chaque individu. "Cela nécessite un gouvernement pragmatique, compétent et doté d'une orientation claire pour poursuivre la marche en avant du pays", a ajouté M. Ikonomou.

 

La Grèce moins dépendante du gaz russe au cours des 10 premiers mois de 2022 par rapport à la moyenne de l'UE

La consommation de gaz naturel a diminué en décembre en Grèce, tombant à 5,05 TWh, soit le deuxième niveau le plus bas pour le mois correspondant des six dernières années, après décembre 2019. Dans le même temps, la consommation pour l'ensemble de l'année a atteint 56,5 TWh, en baisse de 19,2 % par rapport à 2021. De plus, selon les données de Green Tank, les importations de GNL via Revythoussa ont augmenté de 54% par rapport à 2021, alors qu'en décembre, elles se classaient au premier rang des importations totales de gaz, avec une part de 72%. Selon "l'observatoire" des tendances de la consommation et des importations de gaz - sur la base des dernières données de DESFA disponibles (https://thegreentank.gr/2023/01/11/gaswatch-dec-el/ ) - au cours des cinq premiers mois (août-décembre) de la période de huit mois de réduction de consommation de gaz naturel fixée par l'Union européenne, la Grèce était à -18,2% par rapport à la moyenne quinquennale, dépassant ainsi l'objectif européen de -15%, et à -31% par rapport à la même période en 2021. Malgré une légère augmentation des importations de gaz russe en décembre, 2022 s'est terminée par une baisse de 68,3% des importations russes par rapport à 2021.

 

ECONOMIE

 

Bulletin du 27 janvier

Le ministre grec des Finances présente les six priorités de l'économie lors d'une réunion avec le nouveau chef du MES

Le ministre grec des Finances, Christos Staïkouras, a présenté jeudi les six priorités de l'économie grecque dans un paysage géopolitique turbulent, une inflation élevée persistante et une politique monétaire plus stricte. Dans des commentaires formulés lors d'une réunion avec le directeur général du Mécanisme européen de stabilité, Pierre Gramegna, M. Staïkouras a déclaré que ces priorités étaient les suivantes : préserver la responsabilité budgétaire existante, faire face aux conséquences économiques des crises à plusieurs niveaux en exploitant tout l'espace budgétaire disponible, mettre en oeuvre des changements structurels, faire avancer l'exploitation du financement du Fonds pour la relance et la résilience, s'attaquer au problème de la dette privée accumulée élevée ainsi que la participation active continue de la Grèce, comme elle l'a fait au cours des 3,5 dernières années, à la conception d'une nouvelle architecture économique européenne. Le ministre grec des Finances a accueilli le nouveau chef du MES lors de sa première visite à Athènes depuis sa prise de fonction, affirmant que c'était la preuve de l'importance que le chef du MES accorde à la poursuite et au renforcement de la coopération régulière, efficace et mutuellement bénéfique entre la Grèce et le MES. M. Staïkouras a déclaré que cette coopération deviendra encore plus productive et a salué l'expérience de M. Gramegna en tant que ministre des Finances du Luxembourg et membre de l'Eurogroupe au cours des situations difficiles de la décennie précédente. M. Staïkouras a déclaré que la situation actuelle était à nouveau cruciale et pleine de défis et a noté que l'économie grecque a réussi à faire preuve d'une résilience remarquable, d'un fort dynamisme et d'une perspective positive. Il a souligné que l'économie grecque a bénéficié de 11 revalorisations [en matière de notation] au cours des trois dernières années et qu'elle n'était qu'à un pas d'atteindre la qualité d'investissement, et qu'elle pourrait raisonnablement atteindre cet objectif en 2023. Le ministre grec des Finances a déclaré que la Grèce avait achevé le remboursement anticipé de ses prêts du Fonds monétaire international (FMI), envoyant un message positif aux marchés, qu'elle était sortie avec succès du statut de surveillance renforcée, avait remboursé prématurément les prêts bilatéraux avec les Etats de la zone euro et avait réalisé la plus grande réduction de la dette publique dans l'UE depuis 2019, la dette des administrations publiques en pourcentage du PIB ayant diminué de 50 points de pourcentage au cours des trois dernières années. Il a souligné que les finances publiques sont revenues à un environnement d'excédents primaires à partir de cette année, enregistrant - selon la Commission européenne - la plus grande amélioration budgétaire en Europe sur la période 2021-2023. Tout cela est le résultat d'une politique gouvernementale efficace et des efforts communs des citoyens et de l'Etat depuis juillet 2019. En outre, M. Staïkouras a déclaré que le rôle du MES était très important dans la nouvelle architecture économique de la zone euro et a noté qu'aucun Etat membre européen n'est capable de faire face seul aux défis de cette nouvelle période historique, une action européenne coordonnée est donc nécessaire. M. Gramegna, pour sa part, a félicité le gouvernement grec, le peuple grec et le ministre grec des Finances pour les résultats impressionnants de l'économie et a noté que le MES se tenait aux côtés de la Grèce depuis plus d'une décennie. "Et c'est formidable de voir les progrès remarquables que le pays a réalisés au cours de cette période. Et les progrès se sont poursuivis même face à de nouvelles crises : d'abord la pandémie et maintenant la crise énergétique stimulée par la terrible guerre contre l'Ukraine", a déclaré M. Gramegna. Ces progrès, a-t-il noté, ont été réalisés parce que l'économie grecque est désormais structurellement mieux préparée à faire face aux incertitudes par rapport au passé, grâce aux réformes mises en oeuvre par les gouvernements grecs ces dernières années. Le chef du MES a cependant souligné que "nous devons rester vigilants". "Préserver les gains solides du passé, maintenir la politique budgétaire sur une trajectoire durable et poursuivre les réformes aidera l'économie grecque à prospérer", a-t-il déclaré, ajoutant que tout cela était également nécessaire pour maintenir la confiance des investisseurs. Le MES, a-t-il ajouté, est un partenaire de longue date de la Grèce qui partage l'objectif de prospérité du pays pour tous les Grecs, en créant des emplois et en aidant l'économie à se moderniser et à se développer.

 

Accords de financement d'investissements de 900 millions d'euros entre la BEI et la Grèce

La Banque européenne d'investissement (BEI) et les autorités grecques ont annoncé aujourd'hui de nouveaux accords de financement d'un montant de 900 millions d'euros, qui soutiendront des investissements prioritaires dans des projets de grande envergure ayant un impact positif sur l'ensemble du pays et mettant l'accent sur la transition écologique et numérique, a-t-il été annoncé. Ces deux accords clés contribueront au développement d'un modèle de production plus compétitif, innovant et ouvert sur l'extérieur pour la Grèce et favoriseront la régénération urbaine dans les communautés locales. L'acte de cofinancement de l'UE convenu aujourd'hui, tel qu'il a été annoncé, permettra le financement harmonieux des programmes à mettre en oeuvre dans le cadre de l'accord de partenariat UE-Grèce pour la période 2021-2027, en augmentant leur impact économique et social. Ce financement de 600 millions d'euros constitue la première tranche du prêt d'un milliard d'euros accordé par la BEI pour soutenir la contribution nationale de la Grèce aux investissements prioritaires soutenus par les Fonds structurels de l'UE dans tout le pays. Le financement facilitera l'achèvement ou l'expansion de projets vitaux, augmentant ainsi leur impact. En outre, un financement à long terme de 300 millions d'euros par le biais du FEI permettra de soutenir de nouveaux investissements dans des projets locaux à fort impact dans les années à venir, dans le cadre du programme pionnier d'investissement urbain durable Antonis Tritsis. " Avec un cofinancement de 1 milliard d'euros de la Banque européenne d'investissement, des investissements d'un montant total de plus de 23 milliards d'euros seront mis en oeuvre, apportant une contribution décisive à l'un de nos objectifs stratégiques centraux : la transformation de la Grèce en une économie durable qui produit et exporte mieux et davantage, attire davantage d'investissements et crée plus d'emplois, d'opportunités et de nouvelles perspectives ", a déclaré Christos Staikouras, ministre grec des finances et membre du Conseil d'administration de la BEI. " La signature aujourd'hui du nouveau contrat avec la Banque européenne d'investissement pour le cofinancement des Fonds structurels européens est un nouveau témoignage fort de confiance dans les perspectives de l'économie grecque et un solide tremplin pour le redémarrage dynamique de l'esprit d'entreprise et le financement d'infrastructures essentielles, en particulier à un moment où le climat économique en Grèce s'améliore et où notre pays est désormais une destination importante pour les investissements. En même temps, il confirme les liens déjà forts avec la Banque européenne et le Fonds européen d'investissement et ouvre la voie à une coopération encore plus étroite à l'avenir", a déclaré Yannis Tsakiris, vice-ministre du développement et de l'investissement. "Nous sommes très heureux de confirmer et de poursuivre la coopération constructive entre le Fonds de Dépôts et de Prêts et la BEI, qui vise à réaliser des investissements en faveur du développement régional, de la cohésion sociale, de la protection de l'environnement et des économies d'énergie".

 

Exécution budgétaire 2022 : Déficit primaire inférieur de 1,85 milliard d'euros à l'objectif

Le déficit primaire en 2022 a été inférieur d'environ 1,85 milliard d'euros à l'objectif, comme annoncé par le ministère des Finances. Plus précisément, comme cela a été souligné, selon les données d'exécution du budget de l'État, sur une base de trésorerie modifiée, pour la période de janvier à décembre 2022, il existe un déficit du solde budgétaire de l'État de 11 656 millions d'euros contre un objectif de déficit de 13 400 millions d'euros inclus pour la période correspondante de 2022 dans le rapport budgétaire 2023 et un déficit de 14 872 millions d'euros pour la période correspondante de 2021. Le résultat principal a été un déficit de 6 652 millions d'euros, contre un déficit primaire cible de 8 506 millions d'euros et un déficit primaire de 10 327 millions d'euros pour la même période en 2021. Selon la déclaration du ministère des finances : Le montant des recettes nettes du budget de l'État s'est élevé à 59 623 millions d'euros, affichant une baisse de 230 millions d'euros ou 0,4 % par rapport à l'estimation pour la même période incluse dans le rapport budgétaire 2023. Cette diminution est principalement due à la baisse de 878 millions d'euros des recettes PTE, ainsi qu'au fait qu'en raison de la prolongation du délai de paiement des taxes de circulation jusqu'à la fin du mois de février 2023, on estime qu'un montant de 486 millions d'euros qui était prévu d'être perçu au cours de l'année 2022 le sera finalement en 2023. Au contraire, 367 millions d'euros ont été perçus en tant que prélèvement unique de 90 %, basé sur l'augmentation de la marge brute, sur les producteurs d'électricité pour la période octobre 2021 - juin 2022, dont la perception n'était pas prévue. Les recettes totales du budget de l'État se sont élevées à 65 775 millions d'euros, soit une baisse de 71 millions d'euros ou 0,1 % par rapport à l'objectif.

 

Projet Corinth Pipeworks pour le gazoduc sous-marin Tamar

Corinth Pipeworks, la division tubes d'acier de Cenergy Holdings, a été sélectionnée par Chevron Mediterranean Ltd pour la construction et la fourniture d'environ 155 kilomètres de tubes d'acier à soudure droite à arc submergé de 20 pouces (SAWL) pour le gazoduc Tamar dans le sud-est de la Méditerranée. Selon un communiqué, le projet fournira une infrastructure essentielle, puisqu'il assurera la liaison sous-marine, à une profondeur maximale de 1 700 mètres, avec la plateforme où le gaz sera traité avant d'être transporté à terre en Israël. Les tuyaux seront construits dans les installations de Corinth Pipeworks à Thissi, en Béotie, et les travaux d'installation commenceront, selon le calendrier prévu, en 2024. Le projet comprend également le revêtement interne et externe de protection contre la corrosion, qui sera réalisé dans la même usine. "Il s'agit d'un projet important qui souligne la position de leader de Corinth Pipeworks en tant que fournisseur de projets sous-marins complexes de haut niveau", a commenté Elias Bekiros, PDG de Corinth Pipeworks. "Ce prix, ainsi que la dernière exécution réussie de projets sous-marins tels que le Karish d'Energean, le Leviathan de Chevron Mediterranean Ltd. et le Ashdod-Ashkelon d'INGL, renforcent encore notre rôle stratégique dans le sud-est de la Méditerranée. Nous basons notre croissance durable sur des relations à long terme avec nos clients, en étant un fournisseur fiable et en fournissant une qualité supérieure associée à des solutions innovantes. Tous ces éléments constituent des piliers essentiels de notre stratégie et offrent un avantage concurrentiel significatif pour les projets de nouvelles énergies, tant en Méditerranée qu'au niveau mondial."

 

Investissement dans le secteur du cannabis médicinal en Grèce par Tikun Europe

L'inauguration de la première usine de cannabis médicinal en Grèce, Tikun Europe, une filiale de l'entreprise israélienne Tikun Olam, a eu lieu aujourd'hui à Examilia, Corinthe. Dans son discours, le ministre du développement et de l'investissement, Adonis Georgiadis, a qualifié la journée d'aujourd'hui d'historique, non seulement pour Ticun Olam et l'investissement à Corinthe, mais aussi parce qu'elle ouvre une voie qui n'existait pas en Grèce : "Un moyen de fournir aux patients grecs les produits du cannabis médicinal - un produit qui a une histoire difficile en raison de sa nature narcotique. Mais aussi un produit que nous pourrons exporter dans toute l'Europe, parce que cette plante a le potentiel de faire d'énormes exportations vers tous les grands pays d'Europe, et donc la Grèce sera un leader dans les années à venir, le fer de lance de cette plante et des autres plantes qui viendront, sur ce qu'on appelle le cannabis médicinal", a déclaré Georgiades. Il a remercié depuis le podium tous ceux qui ont contribué à la réalisation de cet investissement dans le chanvre médicinal, soulignant qu'il a fallu que beaucoup de personnes travaillent pendant une longue période. Le ministre a fait une mention spéciale des relations entre la Grèce et Israël, qui, selon lui, "sont meilleures que jamais et deviendront encore plus étroites dans les années à venir". "Nous sommes du côté d'Israël et nous voulons les remercier pour leurs investissements dans notre pays", a déclaré M. Georgiades, ajoutant : "Le fait que Tikum Olam choisisse d'investir en Grèce est en soi un grand événement et un grand vote de confiance." Se concentrant sur l'investissement, Nikos Beis, directeur général de Tikun Europe, a souligné qu'aujourd'hui, après cinq ans d'efforts collectifs, la première, la plus grande et la plus moderne usine de cannabis pharmaceutique est inaugurée, non seulement en Grèce mais aussi en Europe - et l'une des plus grandes usines verticalement intégrées du monde. "Aujourd'hui est une étape importante pour l'entreprise et pour le pays, qui est au centre des développements du marché du cannabis pharmaceutique, un marché en évolution rapide qui, par les investissements qu'il attire, crée du savoir-faire, de nouveaux emplois et contribue au progrès économique du pays", a-t-il déclaré. Les produits de cannabis médicinal de très haute qualité changeront la vie de milliers de patients, tant en Grèce qu'en Europe, leur assurant une meilleure qualité de vie, a-t-il ajouté. Selon M. Bey, l'investissement a dépassé 40 millions d'euros dans un site privé de 60 acres, qui comprend 21 000 m² de serres hybrides à la pointe de la technologie, ainsi qu'une usine pharmaceutique modèle de 3 0000 m² ayant la capacité de produire des produits finis à base de cannabis médicinal sous diverses formes pharmaco-techniques. L'année dernière, selon M. Bay, a été très importante. "Nous avons réalisé l'investissement, obtenu une licence d'exploitation, développé et lancé des lignes complètes de compléments alimentaires à base de cannabidiol/CBD sur le marché grec." Deux partenariats stratégiques ont également été signés avec les sociétés pharmaceutiques FARMASERV et LAVIPHARM, qui ont entrepris la distribution et la commercialisation d'un total de 12 codes en Grèce. 2023, selon lui, sera également une année importante pour l'entreprise, notamment une année de production, d'octroi de licences et de distribution de ses produits innovants aux patients.

 

Bulletin du 25 janvier

Estimations de l'IOBE pour l'économie grecque

L'IOBE revoit à la baisse son estimation de la reprise en 2022, à 5,2 % à prix constants, principalement en raison d'une moindre expansion des exportations (5,8 %) et d'une baisse de la consommation publique (-1,1 %), alors qu'une croissance est attendue pour la consommation privée (7,7 %), les investissements (12,1 %) et les importations (9,1 %), comme indiqué lors de la présentation aujourd'hui du rapport trimestriel de l'IOBE sur l'économie grecque. Pour 2023, l'IOBE prévoit une croissance annuelle plus faible de 1,4 % en termes réels, principalement en raison d'un ralentissement de l'économie mondiale, dans des conditions d'inflation élevée et d'incertitude. En termes de composantes, c'est l'investissement qui devrait contribuer le plus à la croissance, avec une augmentation annuelle de 8,5 %, suivi par une croissance de la consommation privée relativement résiliente, bien que beaucoup plus faible, de 0,8 %. Sur le plan extérieur, le déficit déjà élevé de la balance courante ne devrait guère se creuser davantage, les exportations et les importations augmentant respectivement de 2,1 % et 2,7 % par an en 2023. Elle estime également une baisse plus légère du taux de chômage au troisième trimestre 2022, à 11,6 % contre 13,0 % au troisième trimestre 2021. La croissance de l'emploi en 2022 a été principalement portée par une très bonne performance du tourisme, ainsi que par une performance satisfaisante des exportations, de la consommation et de la construction, malgré une inflation élevée et des coûts énergétiques importants. En 2023, l'emploi devrait être influencé positivement par une relance plus modérée des investissements, une utilisation accrue des ressources du Fonds de relance, une croissance plus modérée de la consommation et des exportations, ainsi que du tourisme. Ces facteurs devraient compenser en partie la hausse - plus légère qu'en 2022 - de l'inflation ainsi que la hausse des coûts d'emprunt. Le taux de chômage en 2022 devrait être de l'ordre de 12,3%, tandis qu'en 2023, il devrait être de l'ordre de 11,5%. Le taux de variation de 9,6 % de l'IPC global en 2022 a été le plus élevé depuis 1994, après une légère augmentation de 1,2 % l'année précédente. Cette forte hausse est principalement due à l'effet direct croissant des biens énergétiques au cours des neuf premiers mois, et des biens non énergétiques au cours du dernier trimestre 2022. L'IOBE s'attend à ce que les prix maintiennent une trajectoire de hausse plus modérée cette année, de l'ordre de 4 %, principalement en raison de la résilience de la demande des consommateurs. Lors de la présentation du rapport, le professeur Nikos Vettas, directeur général de l'IOBE, a fait remarquer : -Durant l'année 2022, l'économie grecque a enregistré une dynamique de croissance particulièrement importante, avec une tendance à l'affaiblissement, après un cycle de fluctuations qui a débuté avec la crise pandémique. -Il existe des facteurs positifs importants pour évaluer l'évolution de l'économie à court terme. Globalement, et en partant d'une base plus faible, notre économie peut fonctionner plus rapidement que la moyenne européenne. -Le potentiel accumulé de l'économie grecque est plus élevé que dans la plupart des économies européennes. Le chômage, et plus généralement le réservoir de main-d'oeuvre inexploité, reste élevé, et le déficit d'investissement est encore plus important. Le Fonds de relance et d'autres apports de ressources européennes sont d'une grande importance et peuvent mobiliser des investissements plus importants. Les entreprises tournées vers l'extérieur, principalement le secteur manufacturier, se sont positionnées dans les chaînes de valeur mondiales. La dette publique, bien que très élevée, est actuellement moins exposée aux hausses de taux d'intérêt que dans d'autres économies. -L'environnement extérieur exerce une pression sur les exportations et les investissements en raison du ralentissement de la reprise en Europe, de la hausse continue des taux d'intérêt et d'une forte incertitude. Les décisions économiques ont tendance à être peu enclines à prendre des risques, et donc plus tournées vers l'intérieur et le court terme, tout le contraire de ce qui est souhaitable. -La détérioration significative de la balance commerciale et l'inflation structurelle élevée mettent en évidence les faiblesses systématiques de l'économie grecque. La tendance du déficit commercial à se creuser avec la croissance reflète une compétitivité relativement faible. La tendance à l'augmentation des prix centraux des biens et services à mesure que la consommation se redresse suggère une faible réactivité de la production et une faible intensité concurrentielle. -Il est essentiel que l'économie grecque obtienne rapidement une notation de qualité "investissement". Il s'agit d'un signal positif pour les marchés, qui améliore les attentes et conduit à un élargissement de la base d'investissement et à une décélération des coûts de financement. -La stabilité du solde budgétaire est une condition préalable à la croissance systématique de l'économie grecque. Du côté des recettes fiscales, quatre évolutions positives sont à signaler pour l'année en cours, provenant de la croissance de l'économie elle-même, de l'impact de la diffusion des paiements électroniques, des impôts indirects dus à l'inflation et de l'impôt sur le revenu avec l'application d'un barème progressif. Du côté des dépenses publiques, les politiques de soutien par le biais de subventions, outre leurs effets sur les équilibres fiscaux et macroéconomiques, ont des effets d'entraînement sur la consommation et le respect de la fiscalité. "Pour notre pays, les élections législatives qui auront lieu dans quelques mois sont importantes pour la stabilité qui permettra des investissements importants, mais aussi pour la formulation d'une politique à moyen terme qui puisse combiner deux caractéristiques souhaitables : le sérieux dans un environnement dangereux et l'intention de procéder à des coupes dans les réformes".

 

POLITIQUE ETRANGERE

 

Bulletin du 20 janvier

M. Gioulekas : La France a toujours été de notre côté.

À l'initiative du président de la commission permanente de la défense nationale et des affaires étrangères du Parlement hellénique, Konstantinos Gioulekas, une réunion en ligne a eu lieu hier entre la commission et la commission des affaires étrangères, de la défense et des forces armées du Sénat français. La discussion a porté sur les derniers développements dans le sud-est de la Méditerranée et la mer Égée, les défis auxquels le continent européen est confronté du fait de la guerre en Ukraine, et les relations entre la Grèce et la France. Le président de la commission de la défense nationale et des affaires étrangères, Konstantinos Gioulekas, a informé les députés français des menaces constantes et croissantes auxquelles la Grèce est confrontée du côté turc contre sa souveraineté nationale et son intégrité territoriale. "Nous faisons tout ce qui est possible pour éviter les tensions, mais en même temps nous ne renonçons à aucun de nos droits souverains nationaux et nous ne négocions pas notre souveraineté nationale", a-t-il souligné, exprimant la gratitude de la Grèce et du peuple grec pour l'attitude de la France "qui, dans les moments difficiles, s'est toujours tenue aux côtés de la Grèce, avec des actes et non avec des paroles". M. Gioulekas a également souligné la nécessité de renforcer les institutions européennes, le plus important étant la démonstration de la solidarité avec un membre de l'OTAN et de l'Union européenne. "La Grèce et Chypre sont systématiquement menacées par la Turquie, Chypre vit depuis un demi-siècle avec des forces d'occupation turques sur 40 % de son territoire et il y a des pays qui, tout en condamnant la transgression turque, fournissent à la Turquie des systèmes d'armement pour menacer deux États membres de l'UE." a-t-il dit. Pour leur part, les membres du Sénat français ont évoqué l'excellent niveau des relations gréco-françaises, ont demandé à être informés des positions récentes de la Turquie, ont évoqué l'impact sur les Balkans et la Méditerranée orientale de la guerre destructrice de la Russie contre l'Ukraine qui se défend farouchement.

 

Bulletin du 13 janvier

La Grèce soutiendra la Bulgarie et la Roumanie dans leur adhésion à l'espace Schengen, déclare le ministre de la Migration, N. Mitarakis

La Grèce entreprend une initiative pour aider la Bulgarie et la Roumanie à rejoindre l'espace Schengen, selon un communiqué du ministère de la Migration et de l'Asile jeudi. "Cet élargissement aura également des avantages directs pour la Grèce, car nous serons désormais reliés par la route, au sein de l'espace Schengen, avec le reste des Etats-membres de l'Union européenne", indique le communiqué. Pour cette initiative, la Grèce est en communication avec la présidence suédoise et la Commission européenne. Il est rapporté que la Bulgarie et la Roumanie ont rejoint l'Union européenne en 2005 et qu'en 2011 elles ont achevé avec succès les procédures d'évaluation pour leur adhésion à l'espace Schengen, qui a été validée par les conclusions du Conseil des ministres de l'Intérieur du 9 juin 2011. Depuis, la Commission européenne a exprimé à plusieurs reprises l'avis que les deux pays sont prêts à rejoindre l'espace Schengen sans contrôles aux frontières intérieures. Cette question, ainsi que l'adhésion complète de la Croatie à l'espace Schengen, a été discutée lors du Conseil des ministres de l'Intérieur de l'UE le 8 décembre 2022. Cependant, alors que la Croatie a été acceptée à l'unanimité, la Bulgarie et la Roumanie n'ont pas été acceptées en raison des objections de deux pays (Autriche et Pays-Bas). La Grèce soutient l'adhésion de la Bulgarie et de la Roumanie, car elle contribuera à la stimulation de l'activité économique du pays, grâce à une connexion terrestre avec l'espace Schengen et au renforcement de la sécurité des frontières extérieures de l'UE. Le ministre de la Migration et de l'Asile, Notis Mitarakis, est en visite en Autriche et a été reçu plus tôt jeudi à Vienne par le chancelier autrichien, Karl Nehammer, alors qu'il a rencontré mercredi le ministre de l'Intérieur, Gerhard Karner. M. Mitarakis a déclaré: "La Grèce prend l'initiative de soutenir la candidature de la Bulgarie et de la Roumanie pour rejoindre l'espace Schengen. Cet élargissement apportera également des avantages directs à la Grèce, qui est désormais unie par la route aux autres Etats-membres de l'Union européenne. J'ai rencontré ici à Vienne le chancelier autrichien, M. Karl Nehammer, et le ministre de l'intérieur, M. Gerhard Karner, et je me rendrai à Sofia et à Bucarest la semaine prochaine. Il y a des questions à résoudre, notamment des questions liées à la migration, à la protection de nos frontières extérieures, une question qui nécessite une politique européenne plus coordonnée, mais aussi plus stricte. Pour cette initiative, nous sommes en contact avec la présidence suédoise et la Commission européenne".

 

TOURISME, CULTURE, VIE QUOTIDIENNE

 

Bulletin du 26 janvier

Le nouvel aéroport international de Kasteli sera "un joyau architectural et un phare de développement", déclare le premier ministre

Le nouvel aéroport international de Kasteli sera prêt dans les délais, a souligné le premier ministre, Kyriakos Mitsotakis, mercredi depuis le chantier du projet, dans le cadre de sa visite en Crète. "Les progrès qui ont été accomplis sont impressionnants", a déclaré le premier ministre, notant que "nous parlons du plus grand chantier de construction en ce moment dans notre pays, nous parlons d'un des plus grands aéroports en construction en Europe, un aéroport qui finira par être plus grand que ce qui était initialement prévu. Et c'est parce que nous devons anticiper et prendre en compte les évolutions très positives qui ont eu lieu depuis la conception initiale de l'aéroport". M. Mitsotakis a également déclaré que "dans les délais que nous avons fixés, la Crète disposera d'un aéroport à la pointe de la technologie pour le siècle prochain. Il est impensable de parler du développement de l'île sans un aéroport moderne et sans une autoroute moderne", tout en ajoutant que l'aéroport, une fois terminé, "sera un joyau architectural mais aussi un phare de développement". La prochaine étape de la visite de M. Mitsotakis est le Karteros BeachSports Center qui accueillera les 3e Jeux côtiers méditerranéens.

 

Bulletin du 25 janvier

YPA : Les vols en 2022 ont dépassé le trafic aérien de 2019 - Diminution marginale du trafic total de passagers

Le trafic total de passagers dans les aéroports du pays a clôturé avec une baisse marginale pour 2022 par rapport à 2019, tandis qu'une augmentation marginale du nombre total de vols a été enregistrée. Plus précisément, selon les données de l'Autorité de l'aviation civile (CAA) dans tous les aéroports de notre pays (aéroport d'Athènes "Eleftherios Venizelos", 24 aéroports gérés par la CAA, 14 aéroports régionaux gérés par Fraport Grèce), 529 235 vols ont eu lieu en Grèce au cours des 12 mois de 2022, contre 526 155 en 2019, l'indice du trafic aérien affichant une augmentation marginale de +0,6%. En ce qui concerne le nombre total de passagers traités (arrivées et départs de passagers internationaux et nationaux), les données pour l'année 2022 montrent que 63 493 375 millions de passagers ont été traités, contre 64 169 005 en 2019, avec une diminution marginale de -1,1%. En particulier, les statistiques à ce jour concernant le trafic de passagers dans les 24 aéroports régionaux gérés par l'autorité de l'aviation civile (CAA) pour les six mois de mai à octobre 2022 montrent ce qui suit : Le nombre total de passagers traités pour la période estivale de mai à octobre 2022 s'est élevé à 8 857 010, soit une augmentation de 4,06% par rapport à la période correspondante de 2019 où 8 511 237 passagers ont été traités. Quant aux vols dans les 24 aéroports, ils se sont élevés à 72 937, enregistrant une augmentation marginale de 0,86%, par rapport à la période correspondante de 2019 où 72 317 vols ont été effectués.

 

Bulletin du 24 janvier

"Se mouvoir électriquement": 17 800 voitures électriques en circulation en Grèce en novembre 2022

De plus en plus d'automobilistes utilisent le programme "Se mouvoir électriquement" pour subventionner l'achat d'un véhicule électrique, selon les données du ministère de l'environnement et de l'énergie transmises au Parlement dans le cadre du contrôle parlementaire. Comme il est mentionné dans un document officiel, le nombre total de voitures électriques circulant en Grèce, jusqu'à la fin du mois de novembre 2022, s'élèvait à 17 801. A la clôture du premier cycle du programme "Se mouvoir électriquement", dont la date limite de dépôt des demandes était le 31/12/2021, les demandes soumises étaient environ de 19 000 (9% pour les voitures, 22% pour les deux roues tricycles, 69% pour les vélos), dont environ 15 000 avaient été approuvées et 8 000 réglées à la fin du mois de novembre. Le budget total engagé pour les demandes approuvées à ce jour est de 18,5 millions d'euros. Le deuxième cycle du programme "Se mouvoir électriquement" a débuté le 28/7/2022 et est rétroactif pour les dépenses exécutées à partir du 1/12/2021. Dans le but d'augmenter la pénétration des véhicules électriques, le deuxième cycle du programme accorde des taux et des montants de subventions pour véhicules électriques plus élevés aux personnes physiques et morales qui achètent ou louent des véhicules électriques, par rapport au premier cycle, ainsi que des primes supplémentaires pour les jeunes de 18 à 29 ans. Dans le même temps, les subventions pour les chargeurs domestiques intelligents, pour les personnes handicapées et les familles nombreuses sont maintenues. Les statistiques du deuxième cycle à la fin du mois de novembre 2022 sont les suivantes : - Demandes soumises : environ 10 500, dont 28% pour des voitures, 37% pour des vélos et 35% pour des deux-roues et des tricycles. - Demandes dont le versement a été effectué : environ 300. Les données ont été transmises par le ministre de l'environnement et de l'énergie, Kostas Skrekas, en réponse à une question parlementaire et à une demande de dépôt de documents soumises par les députés de SYRIZA.

 

Lina Mendoni au Parlement: "Difficile mais pas impossible de trouver un accord pour le retour définitif des sculptures du Parthénon"

"Parvenir à un accord pour le retour définitif des sculptures du Parthénon est difficile mais pas impossible. Elle nécessite une définition des principes et du cadre, une prise de conscience de la ligne rouge et un engagement en faveur de l'objectif national." C'est ce qu'a souligné au Parlement la ministre de la culture, Lina Mendoni, en réponse à une question d'actualité posée par le député du PASOK.KINAL Dimitris Konstantopoulos, qui a souligné que "le gouvernement grec doit procéder avec une transparence et une prudence totales dans cette question culturelle nationale critique dans laquelle il n'y a pas de place à laisser à la politique politicienne, aux chicaneries et opportunismes ou à l'instrumentalisation, mais chacun doit faire face aux circonstances imposées par le contexte historique". "Notre position a été et reste nationale, unanime, immuable et claire. Nous ne reconnaissons aucun droit de propriété et de possession sur les sculptures du British Museum, car elles sont le produit d'un vol. Rien n'a changé par rapport à cette position. La Grèce est constitutionnellement obligée et moralement légitimée à réclamer et à rechercher par tous les moyens légaux et appropriés le retour définitif, permanent et irrévocable des sculptures du Parthénon afin de rétablir l'ordre légal et moral et, surtout, de restaurer l'intégrité du monument", a souligné la ministre de la Culture. Aussi a-t-elle a rejeté les accusations de M. Konstantopoulos selon lesquelles "le gouvernement tente d'instrumentaliser la question du retour des sculptures en vue des élections", rétorquant que "le Premier ministre lui-même a désengagé la question du processus électoral." "Il a été le premier à aborder sérieusement et officiellement la question avec son homologue britannique, Boris Johnson, sur le fond du problème. Le fait que la ministre britannique de la culture soit intervenu pour couper court au débat que le British Museum suscitait montre automatiquement la dimension intergouvernementale de la question. Qu'ils le veuillent ou non, ils l'ont reconnu de cette manière", a déclaré la ministre de la culture et a poursuivi : "Le rapatriement et la réunification des sculptures du Parthénon est une question nationale. Il s'agit évidemment d'une exigence oecuménique, mais aussi d'une obligation morale pour l'ensemble de l'Europe dans le cadre de la protection du patrimoine culturel commun", a conclu Mme Mendoni.

 

"Athènes et la Grande Idée, 1896-1922" : documentaire et exposition de Maria Iliou

Le documentaire historique de Maria Iliou intitulé "Athènes et la Grande Idée, 1896-1922", dont la première a lieu ce soir au Musée Benaki, ainsi que l'exposition du même nom à partir du 24/1 au Musée Benaki de la rue Koumbari, est le deuxième d'un total de cinq travaux de la réalisatrice sur l'histoire de l'Athènes moderne, qui suivront dans les années à venir. Après le documentaire "Athènes d'Est en Ouest, 1821-1896", qui a été présenté en 2020, et après des années de recherche, la réalisatrice, scénariste et conservatrice Maria Iliou, avec l'historien Alexandros Kitroev, collaborateur constant, ramène au public des images d'Athènes (photographies et extraits de films), oubliées dans des archives "fermées" en Amérique, en Europe et en Australie. "Athènes et la Grande Idée, 1896-1922", basé sur ce matériel rare, propose avec une puissance visuelle un nouveau récit sur la façon dont Athènes et ses habitants ont vécu cinq guerres sur une période de vingt-cinq ans. Mais aussi le violent conflit du Schisme national (1915-1917) qui a explosé dans la capitale, ainsi que la Grande Idée qui a dominé l'imaginaire de l'hellénisme irrémédiable et qui s'est terminée par la tragédie de l'Asie Mineure. Mais à côté de l'obscurité, des morts et du récit dramatique, le film, dit Maria Iliou, "tisse le fil de la joie de vivre, de l'explosion culturelle, du théâtre musical et de l'opérette, de l'apparition des premiers transports publics, des premières voitures, des promenades à Faliro". Un fil presque métaphysique est tissé tout au long du film". L'exposition et les projections de "Athènes et la Grande Idée, 1896-1922" se poursuivront jusqu'au 23/4/2023.

 

Bulletin du 20 janvier

Inauguration de deux jours de la capitale culturelle d'Elefsina les 4, 5 février 2023

Avec l'arrivée des processions, venues de la mer et de la terre, dans l'après-midi du samedi 4 février, la célébration oecuménique d'Elefsina en tant que capitale européenne de la culture commence sur le front côtier d'Elefsina. L'impressionnant événement d'ouverture se poursuivra jusqu'au soir du jour suivant, parallèlement à un programme coloré d'expositions, de concerts, de soirées DJ et d'événements parallèles dans toute la ville. Le lancement emblématique du programme Elefsis 2023 est l'idée/concept du directeur artistique général Michael Marmarinos, dirigé par l'éminent metteur en scène britannique Chris Baldwin. Détails du programme d'ouverture de deux jours sur https://2023eleusis.eu

 

Bulletin du 19 janvier

Nouvelle baisse significative du prix de l'électricité demain

La Bourse de l'énergie a clôturé aujourd'hui avec une nouvelle baisse significative du prix de l'électricité de demain. Le prix moyen de demain est de 58,44 euros, en baisse de 33 % par rapport à aujourd'hui, alors que depuis samedi dernier, le prix a chuté de 75 % (de 233,81 à 58,44 euros). Il faut noter qu'au plus fort de la crise, l'été dernier, le prix de l'électricité avait atteint 697 euros avec un prix maximum dépassant 930 euros par mégawattheure en cours de journée. Cette baisse est principalement due à la part importante des sources d'énergie renouvelables dans la couverture de la charge (70 %), combinée à une faible demande pour cette période de l'année. Le prix de demain est l'un des plus bas de l'UE, puisque dans la majorité des pays, il est supérieur à 130 euros par MWh.

 

Bulletin du 18 janvier

Mme Mendoni : "L'accès des citoyens à l'ancien palais royal se fera d'ici 2025"

L'accès des citoyens à l'ancien palais royal se fera d'ici 2025", déclare la ministre de la Culture et des Sports, Lina Mendoni, dans une interview accordée aujourd'hui à la station de radio Real FM. "La restauration complète du domaine n'aura pas été faite, mais ces projets, comme la transformation du palais en musée, auront été réalisés. La transformation de l'écurie de Georges I en musée aura été réalisée. Toutes les infrastructures auront été réalisées. Les appels d'offre pour l'entreprise, par des sociétés privées maintenant, de la restauration de certains des bâtiments qui accueilleront soit des services de restauration soit des services d'hospitalité, sortiront en 2023. Par conséquent, le programme entrepris par le ministère de la Culture est conforme au calendrier et à l'étude de durabilité qui a été présentée en 2021", a notamment ajouté le ministre.

 

Bulletin du 13 janvier

Le programme artistique au Palais de la musique pour le premier trimestre de 2023

La nouvelle année commence au Palais de la musique, avec de nouvelles idées, de nombreuses premières et des artistes de marque. Du 12 au 30 janvier, la pièce très controversée "INK" de Dimitris Papaioannou sera présentée en première en Grèce. Les billets pour les deux distributions ont été tous vendus dès le premier jour de pré-vente pour toutes les représentations. Le grand violoniste de renommée internationale, Leonidas Kavakos, présente l'initiative "Kavakos & Friends", invitant au Palais de la musique certains des plus brillants représentants de la jeune génération de solistes grecs. Lors de cet événement de deux jours, organisé pour la première fois, ils ont choisi de présenter un répertoire exigeant de musique de chambre qui met en évidence les rares affinités éclectiques entre instruments et interprètes. Pour la première fois également, le au Palais de la musique accueille dans ses salles et autres lieux les "Piano Days @Megaron", un marathon pianistique de deux jours avec des concerts de solistes renommés grecs et étrangers, des discussions originales et des programmes éducatifs divertissants. Le romancier Orhan Pamuk, lauréat du prix Nobel, est le premier invité du nouveau cycle d'événements "Discours et musique", dans le cadre duquel d'importantes personnalités des arts et des sciences de Grèce et d'ailleurs "conversent" avec des musiciens de renommée internationale, développant ainsi un dialogue créatif entre les arts. Au cours du premier trimestre de 2023, des artistes grecs renommés et appréciés, tels que Dionysis Savvopoulos, Dimitra Galani et Martha Frindzila, Maria Farantouri et Manolis Mitsias, se produiront sur la scène au Palais de la musique.